Les corps marqués

enluminurele A est devenu 8 dans cette silhouette de femme devenue mère.
Les cernes et les fils d’argent sont venus habiller ce visage de père.
Dans les yeux la même inquiétude, la même fatigue, la même lassitude, et la même étincelle. La satisfaction de participer à la vie, la flamme du futur fait et à faire. La couleur de la responsabilité trop lourde et de l’espoir plus léger.

Lui a fait l’ascension des jours posés et sédentaires puis la chute des soucis et des journées trop remplies.
Elle a pris les traits de la robe du zèbre, et plus bas, les pointillés de la vie.

Ils se perdent et se rencontrent au gré des vents de la vie. Des certitudes s’écroulent où d’autres doivent naître.

Peu importe la puissance des tempêtes, ils savent que leurs mains peuvent se retrouver et agripper pour un dessin, une photo, une anecdote de leurs petits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s