Premier mois sans école

Il y a un peu plus d’un mois, notre grand aurait « du » faire sa première rentrée : il a eu trois ans en juin dernier. Ce mois de septembre a donc eu une saveur particulière.

Comme il a fait beau, on a fait quelques sorties bien agréables, comme par exemple un pique-nique en forêt. Cette sortie m’a marquée car je me suis sentie particulièrement consciente que dans une vie « normale » on ne devrait pas être là tous les trois. C’était étrange et doux. Cet endroit si fréquenté le week-end, et si calme en pleine semaine. On a mangé, on a joué, on est rentrés dormir. Un sentiment de liberté… de se laisser vivre, d’avoir beaucoup de chance et de sérénité.

Le choix de l’instruction en famille (IEF) a été tout un chemin. Au début, c’était une idée en l’air. Et puis avec les mois, les années, les lectures, les réflexions, les discussions, c’est devenu une conviction correspondant à des croyances profondes. Le plus j’apprends à me connaître, le plus je comprends pourquoi cette idée était dans ma tête depuis longtemps. C’est comme si ma petite voix m’avait dit depuis longtemps ce que je voulais vraiment faire, sans que je puisse me l’expliquer !

Pour l’instant c’est « facile », aussi facile que puisse être la vie avec deux petits et une grossesse en cours ! C’est facile du côté des apprentissages, parce qu’on le suit, on essaie d’attraper ses moments d’intérêt pour les lettres, les chiffres, le maniement du crayon par exemples. Il est abonné à deux magazines qui nous servent de support pour des histoires, des jeux, pour voir où il en est.

Par moment je suis confiante et par moments je me dis que j’ai entrepris quelque chose de trop énorme. Des instants d’inquiétude sur l’avenir et d’autres où des situations, des rencontres, semblent nous montrer qu’on est bien sur notre route.

Il est probable qu’on ne saura jamais si on a fait les meilleurs choix, mais je me dis que si on les fait avec nous-même, et qu’on fait de notre mieux pour profiter de tous les avantages, on ne peut pas totalement faire fausse route ?

Je suis dans une phase de grande fatigue et je n’aime pas trop la tournure de cet article. Je le trouve trop abstrait et fouillis, mais je ne sais pas quand je vais récupérer assez d’énergie pour mieux mobiliser mon esprit. L’envie d’écrire et de partager gagne donc aujourd’hui sur celle de faire les choses mieux 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Premier mois sans école

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s