1, 2, 3

3ansNous irons au bois…

Ah non ! C’est pas ça !

1, 2, 3… mon grand petit bonhomme a soufflé 3 bougies aujourd’hui. Bon, un peu plus, parce qu’il adore souffler les bougies, donc on les a rallumées !!

Il a choisi son cadeau, un beau ballon bleu, qu’il avait hâte d’étrenner, alors on a sauté dans le premier rayon de soleil venu. Il était fier ! C’est SON ballon.

On a choisi d’autres cadeaux parce que quand même il est trop mignon et ça ça a l’air sympa ah et puis ça aussi et puis ça servira pour l’école à la maison alors on peut. Ahem.

Est-ce que je peux te décrire ce petit bonhomme ? Comment on décrit un garçon de 3 ans ? Par quoi on commence ? Mon fils, tu es tellement de choses !… Et tu as tellement le temps de changer 26 fois ou pas du tout…

J’aimerais te filmer sous toutes les coutures, tout capturer, tout enregistrer, et malgré tout je suis sûre que ça ne pourrait pas rendre tout ce que tu es, tout ce que tu fais, tout ce que tu changes dans et autour de toi.

Tu aimes le bleu. Tu aimes regarder. Tu aimes applaudir et encourager. Tu aimes Trotro. Tu aimes grimper, et sauter. Tu aimes souffler les bougies, les pissenlits, enlever les pétales des pâquerettes et jouer dehors.

Tu aimes parler. Quelle éclosion depuis que tu arrives à t’exprimer. Tu t’entraînes, tu répètes, patiemment, 20 fois la même phrase jusqu’à ce qu’on comprenne, tu te reprends tout seul. La tension gagne tout ton corps quand tu veux dire quelque chose d’important, et quand tu as pu le dire, tu te détends, et même tu ris, c’est si bon à voir.

Tu es discret. Tu ne réclames pas les bisous et les câlins, ou même l’attention. Il faut savoir te lire.

Tu aimes lire. Tu aimes lire sur nos genoux, allongé, assis, debout, ou la tête en bas. Tu aimes toute sorte de livre, des fois le même longtemps, des fois tu changes tous les jours. Il y a eu la période monsieur Tatillon, la période madame Tintamarre (surtout parce qu’on fait tous ensemble CUI CUI CUI et COUIC COUIC COUIC et qu’on peut crier SILENCE LES SOURIS ! FA FUFFIIIIIIIT), la période monsieur costaud, la période lapin, la période petit pois, et j’en passe…

Tu aimes tourner sur toi-même pour te donner le tournis, et tu aimes tomber exprès en disant « aïeuuuuuuh ».

Tu aimes ton doudou et tu aimes bien en avoir deux, comme ça tu peux en donner un. A ta sœur (qui ne te demande pas tellement ton avis, hum), ou à moi ce soir « Tiens maman, c’est pou’ toi, emmener dans ton lit ».

Tu aimes jouer avec les coins de tes doudous. Quand tu dors, et quand tu manges, tu as les sourcils en accent circonflexe, et ça depuis que tu es nourrisson.

Quand tu es en confiance, tu aimes claironner « bonjour ! » à tous ceux qui passent. Sinon, tu les regarde d’un air très sérieux, avec tes yeux velours, tes yeux chocolat.

Tu aimes le chocolat. Aujourd’hui je t’ai proposé de venir cuisiner, tu m’as dit non. Mais quand j’ai complété par « faire un gâteau au chocolat » tu as dit « Oui ! ‘e veux bien ! Che’cher ma chaise ! ».

Tu aimes jouer avec ton couka (ie un iPhone récupéré de sa mamie). Tu aimes jouer à Star wa’s dessus (une image de sabre laser et les bruits quand on agite le téléphone). Ca fait « jzion jzion ».

Tu aimes me chiper des aiguilles à tricoter. Et des crochets. Et ta collection de bâtons, « mes monsieur crochet ».

Tu cherches ta sœur. Des fois pour jouer, des fois pour la faire crier à ta place. Des fois pour la consoler. « Oh ! Qu’est qu’y a <la belette> ? ‘est pas grave, viens. » Tu aimes bien l’entraîner quand tu fais le foufou. Vous savez collaborer pour les jeux essentiels comme vider la boîte à croquettes du chien pour nourrir le lapin. Ou déchirer des mouchoirs en tout petits morceaux.

Tu l’encourages quand elle dit un mot. Tu lui rappelles les règles. Et à nous aussi. Tu grondes ton papa quand il garde ses chaussures (« C’est sale !! Reti’er les chaussu’es papa !! »), ta mère et ta sœur quand elles se lèvent de table (« On ‘este assise maman, on est là pou’ manger ! »).

Tu lui as réservé ton premier bisou et ton premier « <la belette> ‘e t’aime très très fo’t ».

Tu te bidonnes à l’avance quand je vais t’attraper ou te chatouiller. Avec ton rire tellement communicatif…

Tu cries très fort quand tu t’énerves et tu apprends à le faire bien. Ainsi fusent les « CA M’ENEEEEERVEUH !!!!! » ou les « rooouuuuh ça m’agace !!!! ».

Tu sais me toucher à ta façon unique. Tu sais m’énerver à ta façon unique ^^ Tu sais me faire rire, tu sais me faire fondre. Tu es tellement plus que tout ça, et je t’aime tellement plus que je ne saurais jamais le dire :’)

Bon anniversaire mon grand. J’espère me souvenir longtemps de ta petite frimousse émue quand ton père et moi t’avons chanté joyeux anniversaire.

Publicités

7 réflexions sur “1, 2, 3

  1. très touchant….. Ça sent l’amour avec un grand « A »…. j’espère que tu garderas ce texte très précieusement pour lui remettre lorsqu’il sera en âge de l’apprécier!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s