Quand la pression de la mère épanouie fait du mal

 

Voici le témoignage de Nathalie, qui m’est parvenu par mail ce midi, dans le cadre de PAGE NON ENCORE CREEE . Laissez-lui vos messages en commentaire !

 

Je suis maman d’un petit gars de 6 mois et je voulais témoigner pour dire que Non, les mamans parfaites n’existent pas…en tous cas, je n’en suis pas une! J’aimerais tant, mais, c’est au delà de mes possibilités je crois bien.
Oh, je suis heureuse d’être maman, j’aime mon fils, il est tout pour moi. Je fais tout pour lui, pour qu’il soit bien et heureux, je fais ce que je crois être bon, mais je n’ai pas reçu la notice pour assurer tout, partout, et de la meilleure façon qui soit. Je pleure souvent! Pourquoi une maman heureuse pleure-t-elle? Car, non je ne pleure pas car je suis heureuse, moi quand je pleure c’est que je suis malheureuse; que je craque physiquement, moralement! Ce n’est pas facile de s’occuper d’un bébé, d’être toujours là, préoccupée, et de vivre à 100% pour ce petit être qui est le notre. Il m’arrive d’en avoir marre, d’être lasse, voire de regretter ma vie d’avant, car rares sont les moments que nous nous octroyons mon chéri et moi en dehors de notre fils!Et ça, ça me manque! Suis-je pour autant égoïste de penser cela? Est-ce être une mauvaise mère que de penser aussi à son couple sans bébé?
Des fois, il m’arrive de craquer pour rien, ou juste pas grand chose; parce que mon fils ne fait que pleurer et que je ne sais pas ce qu’il a, que je n’arrive pas à comprendre ni à le calmer! Quand il crie, quelques fois, je ne vais plus le chercher et le prendre contre moi, je le laisse pleurer, pour qu »il se calme tout seul, parce que je ne suis pas en mesure de le calmer moi. Oh, j’aime mon bébé, mais des fois, je suis lessivée. J’en ai marre d’entendre ses pleurs, et ça me fait aussi pleurer.
Je suis en congé parental, et je m’occupe donc à plein temps de mon bout de choux, et non ce n’est pas des vacances, comme certains pourraient le penser; je m’occupe du petit, je m’occupe de la maison, et je me sens redevable de ne pas travailler, du coup, je fais le ménage et les repas et tout ce qui va avec, parce que peut-être que je culpabilise d’être à la maison…Enfin, je crois que c’est la société qui nous fait culpabiliser!

Mais y’a des moments, où je n’en peux plus, ou je n’ai ni la force ni l’envie; alors je lâche le tout, je laisse le linge en vrac, je ne repasse plus rien. Depuis que je suis maman, j’ai des moments de tristesse, que je n’arrive pas toujours à surmonter ni même à comprendre; après tout, tout le monde vous dit, quand vous avez une petite mine en allant chercher le pain; « oh qu’il est mignon,vous en avez de la chance »! Que voulez-vous répondre à ça, « Oui il est mignon mon fils mais là, si vous pouviez me le prendre quelques heures, juste pour que je puisse enlever le vomi de mon sweet et prendre une bonne douche qui dure plus de 5 minutes »!
Plus sérieusement, je crois que nous mamans, nous essayons de sauver la face en public, en société, on fait tout pour^parraître heureuse et épanouie, car comment pourrait-on ne pas être heureuse en étant maman? Et oui, ça c’est ce que l’on appelle une idée reçue, et croyez moi elle est bien ancrée dans la quotidien!
Des fois, j’ai envie de tout envoyer en l’air; de crier, de sauter sur mon lit; que le démon des mamans sorte de moi, et que revienne mon âme de fille, de femme, de fofolle…Je me sens possédée par cette perfection qu’on veut nous faire croire. Car oui, en plus de la perfection physique de la femme qu’on nous livre dans tous les médias, il faut savoir qu’une fois mamans, vous entrez encore dans une autre compétition; celle des mamans!Déjà, vous avez les « vieilles » mamans de votre entourage (mère, belle mère, grand-mère…) qui souvent ont tendance à vous rabaisser de plus belle avec des phrases du type « moi,  je ne faisais pas ça » « non tu dois faire ça » « Ecoute, j’ai été mère avant toi, je sais de quoi je parle », « allez, laisse moi faire »; en gros, elles n’hésitent pas à vous faire comprendre que vous êtes nulles! Et ça, je l’ai surtout observé chez les femmes; j’ai trouvé très peu de compassion entre nous, beaucoup de méchanceté, de tacles bien appuyés…Chez les hommes, c’est moins le cas, je crois qu’ils sont plus ouverts, et qu’ils écoutent peut-être davantage, en tous cas pour ma part, je me sens moins jugées par les hommes que par les femmes. Puis, il y a aussi cette compétition au parc ou au bac à sable, quand on s’assied sur un banc et que là, une maman, vous en met pleins les yeux; elle n’a pas oublié les lingettes ElLLE et elle est tellement parfaite qu’elle vous en propose même pour pas que le petit se mette des saletés sur les mains puis dans la bouche! Et là, moi, même si je trouve ça gentils, bah, ça me fait criser: « Pourquoi j’ai oublié les lingettes?!merde! Non c’est sur, j’avais juste envie que mon fils bouffe du sable! » . En fait, on ne fait que ce regarder se comparer et c’est bien souvent qu’une maman vous met la misère en s’employant à se mettre en valeur et donc à vous dévaloriser. Moi, je n’ai pas trop envie de rentrer dans ce jeu là, alors souvent on se retrouve entre mamans habituées et pas parfaites et on s’amuse tout autant, on est soi, et oui des fois, on oublie le gouter, alors hop, on va toutes ensembles à l’épicerie ou à la terrasse d’un café!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s