Couches lavables maison : un premier bilan

Comme je vois pas pourquoi je me ferais chier à reprendre une photo que j’ai déjà fait, je vous remets mon beau tas de couches. Eh ouais. Comme ça.

Le but de l’article n’étant pas juste de refaire du neuf avec du vieux, voici l’heure du premier bilan d’utilisation des couches lavables.

Eh ben.

C’est COOL la couche lavable.

C’est efficace. On utilise des inserts en bambou (donc un morceau de tissu en micro-éponge de bambou, plié en 4, à l’intérieur de la couche). Ils absorbent bien l’urine, il n’y a pas trop de capillarité donc pas de fuite sur les bords. Ils absorbent aussi, ça c’est la bonne surprise, un peu de l’humidité des selles, contrairement aux jetables.

C’est pratique. Bon en lisant pourquoi vous allez me dire « pas plus que la jetable » : on a le tas de couches sous la table à langer, le seau à couches derrière nous, on enlève, on met dans le seau (parfois un détour par les toilettes pour enlever le plus gros des selles), on met la propre, et zou. (Mais oui rhooo évidemment qu’on lave les fesses de bébé, c’est juste pas le sujet, ‘faut suivre un peu !)

On remplace les allers-retours supermarché et poubelle par une lessive tous les deux jours à peu près. Je suis pas encore bien calée sur le bon rythme de lessive mais je pense qu’un jour sur deux voire sur trois est suffisant. En cycle express ça fonctionne très bien.

C’est bonne conscience. Rien à faire qu’il en salisse une de plus pendant le change. Pas d’hésitation à changer, paske je dois avouer que sur la jetable, quand y’avait juste un ptit pipi, on se posait la question, vu que ça coûte quand même un bras ces machins à la longue, et que je déteste produire du déchet.

C’est à la fois plus et moins esthétique. La couche est plus grosse qu’une jetable (mais pas au point de ne pas pouvoir mettre les vêtements, ni de faire faire le grand écart au bonhomme ; ça peut être le cas d’une lavable taille unique, au début elles sont très grosses sur le bébé, c’est pour ça que j’avais choisi de faire deux tailles), mais elle est plusse jolie avec ses pressions de couleur (ouais j’aime bien me jeter des fleurs, aussi), et donne une impression de tout doux.

Ca fait des fesses douces, le tissu interne est tout doux, les fesses ne sont pas rouges, mais pour être honnête elles ne l’étaient pas non plus avec les jetables. Au toucher, que ce soit sec ou mouillé, je trouve que la couche lavable est plus douce.

Chuis contente et j’espère que ça va fonctionner sur la durée. On a quand même des jetables sous la main, en cas de retard de machine, en cas de sortie aussi, car je me vois mal avec une couche lavable sale dans mon sac.

Pour le stockage des couches sales, comme elles sont faites avec du PUL, il ne faut pas les faire tremper, sans quoi ce matériau finirait par perdre son imperméabilité. On les stocke dans une poubelle de salle de bain tout simplement. Je mets une ou deux gouttes d’huile essentielle de lavande au fond et ça suffit à neutraliser les odeurs.

A vos questions sur la fabrication, le choix des matériau, le stockage, l’utilisation, etc !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

10 réflexions sur “Couches lavables maison : un premier bilan

    • Je pense que ça dépend de ce que tu sélectionnes comme couche.

      J’ai fait un lot de taille naissance (3-5 kilos), et je prévois un second lot au-delà de 5 kilos (à peu près hein). La taille naissance est plus grosse que la même chose en jetable, mais mon fils met quand même du un mois (il a 3 semaines) (j’ai appris récemment que taille 1 mois ça veut dire que ça se porte jusqu’à un mois, et c’est comme ça pendant longtemps). Donc pas eu besoin de passer à la taille au-dessus.

      Les tailles uniques (dès 3 kilos et jusqu’à la propreté) sont plus grosses donc il est possible qu’au début ça fasse prendre une taille dans les vêtements. Par exemple taper dès le début en trois mois, et après ça se tasse, dans le sens où, quand bébé grandit, la couche devient proportionnellement plus petite, et il peut de nouveau porter une taille « normale » de vêtements. Mais je n’ai pas testé donc je ne peux pas te dire à coup sûr.

      J'aime

  1. Merci pour ta réponse !
    J’ai décidé de tester des couches multi-tailles, mais après ce sera surprise pour l’effet gros popotin, j’imagine que ça dépend des marques… A suivre 🙂

    J'aime

    • Oui des marques, du type de couche (TE1, TE2 etc), du tissu, d’Obi Wan Kenobi… 😛 J’ai hâte de connaître le résultat de tes tests 🙂 Il y a plein de marques qui proposent des kits d’essai

      J'aime

  2. Ce n’est pas pour faire de la pub à tout prix mais une super petite boîte de chez nous les fabrique à Rivesaltes … la nana asure, c’est une pro en la matière, elle a écrit un des best-sellers sur le sujet (je vous entends d’ici, arrêtez de rire, on peut best-seller en tt d’abord ! ) et elle répond super gentilment aux questions : http://www.cerise-cannelle.com
    et à part ça je m’écrase car j’utilise des jetables étant tributaire de ma mère qui garde ls filles et qui refuse d’en entendre parler … comme sans elle, on serait dans le m…. et bien on n’aborde plus le sjt !

    J'aime

  3. Pingback: Couches lavables maison : un second bilan | Vaallos est bavarde

  4. Pingback: Couches lavables faites maison, mais pas que | Vaallos est bavarde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s